Accueil du site > Guitares > Fire Steel Bird

Fire Steel Bird

Fire Steel Bird

Commentaires utilisateur

Specs

3 micros, tous splitables :

- le neck est un Trinity, la bobine du haut est de type strat, celle d’en bas, tele, mon tout forme un humbucker, tout ça est piloté par un switch de Mustang à 3 voies : en haut = bobine strat milieu = humbucker en bas = bobine telecaster

- le milieu est un The Origin (PAF like) avec 2 bobines légèrement différentes, piloté par le 2e switch Mustang

- le bridge est un Heatcrusher avec une bobine de humbucker standard et une autre colorée P90. Il est piloté par le 3e switch Mustang

La guitare bénéficie de 3 piezos en parallèle (1 chevalet et 2 entre les micros (d’où la plaque alu qui supporte les 3 micros). Le piezo est piloté par le 4e switch Mustang en haut = piezos milieu = piezo+ micros en bas = micros

Le master volume (vers levier Vibrola) est un push pull pour phase/hors phase, on a ensuite une tonalité pour les micros et une tonalité piezo. Le sélecteur est un 5 position type strat avec une combinaison classique, les positions 2 et 4 étant en phase avec le push-pull baissé.

Premières impressions

C’est un instrument fantastique ! Prise en main est exceptionnelle : parfaitement équilibrée (ce qui n’est pas le cas des Firebird "classiques"), et le manche de Xavier Petit est un régal.

Loic Le Pape n’est pas juste un expert incontestable en finitions et arts graphiques, c’est aussi un vrai et grand luthier, car sa guitare sonne d’une manière très originale et avec une finesse de jeu et de rendu incomparable. Je lui trouve notamment une dynamique de jeu supérieure au bois dans les "forte". De manière plus générale, vue la personnalité particulière de cette guitare en métal, cela va nécessiter pour moi une bonne phase d’adaptation de mon touché et de mon jeu : les premiers coups de médiator ont été assez déconcertant : mon jeu m’est apparu brouillant tellement elle est exigeante. Je n’avais pas ressenti cela depuis ma 1ère guitare de luthier, et c’est à mon sens le meilleur hommage qu’une guitare puisse faire à son guitariste !

Micro manche SP Custom Trinity : les bobines ne sonnent pas exactement "strat et tele" car la gratte n’est pas en aulne ni frêne et mon manche en acajou !! La différence entre les 2 bobines est de l’ordre de la nuance bien entendu, mais cette nuance est réelle. L’une des 2 est plus creusée, claquante et moins grave. J’avais prévu un autre Trinity en position milieu. Loic l’a monté et n’a pas "senti" le résultat alors j’ai suivi son intuition et je l’en remercie : le The Origin, pur PAF qui le remplace est effectivement un "must have" pour ce genre de guitare... Le mettre en position chevalet aurait été très cohérent, mais je tenais à scinder cette guitare en 2 : le chevalet dédié au "rentre dedans" et le milieu et manche au "joli son". Quand je dis "rentre dedans", je pense au jeu en cordes bloquées, ce qui nécessite un micro à haut gain... et Bongo m’a offert un bonus "punk attitude" en installant un split qui sonne au plus près possible d’un P90 (haut niveau, bien droit, clair et assez compressé).

Le mélange du piezo et des micros est très très intéressant : cela creuse le son, et rajoute des frémissement en extrême aigu.. En fait ça fait comme un effet "hors phase" mais en dix fois mieux, et avec des aigus en plus !!

Après quelques temps d’utilisation

Une petite mise à jour car je viens juste de pouvoir la jouer à fort volume, en répétition puis chez moi... jusque là j’avais donné mon avis sur le son à faible volume.

1) c’est la guitare la plus équilibrée et la mieux répartie que je possède. Elle est pourtant plus lourde que la plupart, mais elle se laisse complètement oublier sur mes épaules, et donne une liberté complète à la main gauche sur la manche. je n’ai pas eu mal au dos après la répé, ce qui ne m’étais jamais arrivé (à part quand je joue sur une strat qui ne pèse rien) !! Alors bravo pour le travail d’ergonomie.

2) elle a un timbre très particulier, orienté sur un bas médium très dense et avec des aigus assez doux : là où je me fais mal aux oreilles en poussant la wah-wah à fond, sur ma SG, ici cela reste agréable.

3) la dynamique : vraiment très particulière. Au final, je pense que c’est ça la principale spécificité de cette guitare. C’est dur à décrire, mais ça procure des sensations de jeu différentes... notamment sur les rythmiques en overdrive ou distorsion : en attaquant fort j’ai l’impression que la guitare compresse en rajoutant plein d’harmoniques mais en restant ronde, au lieu de "limiter et claquer" comme le font les guitares en bois. Du coup elle reste vivante et le son grossit.

En conclusion : une énorme machine à rock n’ roll qui demande du doigté dans la finesse comme dans la violence.

Portfolio

 
up