Bio

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Quand on jette un œil dans le rétroviseur, on se dit qu’il était écrit qu’un jour Loïc Le Pape créerait des guitares en acier, chaque étape de son parcours semblant l’en rapprocher un peu plus :

- tout d’abord peintre en lettres, aérographiste, deux années durant, il décore des camions, réalise des fresques murales etc.

- puis il bifurque et le voilà pour trois années à travailler en mécanique générale (soudure/tour etc.). cela l’amène ensuite à bosser dans la moto pendant huit ans chez Honda (mécanique et vente), époque à laquelle il fabrique des prototypes pendant ses loisirs. La presse nationale spécialisée leur consacrera quelques articles (Option Moto par ex.)

- il enchaîne avec une formation d’électricien (plus complément électronique). Le voilà parti à travailler en électricité pendant un an puis à fabriquer et poser des enseignes, activité qu’il interrompt suite à un accident l’empêchant de manipuler de fortes charges, qui va l’obliger à changer encore une fois de direction.

- passionné de guitare, membre du groupe Brigitte Borderline, il se fabriquait déjà des guitares en bois, du coup, « bong sang mais c’est bien sûr ! », il décide de se lancer dans la réalisation de guitares en acier.

- ses deux premières guitares sont lourdes et moins affûtées que ses réalisations actuelles, mais... elles sonnent ! Alors, Loïc s’accroche et se lance à fond. Il se rapproche de luthiers compétents, parmi lesquels Jérôme Casanova luthier excellentissime oeuvrant à Clermont-Ferrand que Loïc tient à remercier, rendant hommage à la disponibilité et aux judicieux et nombreux conseils du bonhomme. Ceux-ci règlent et optimisent avec lui ses guitares, le formant petit à petit aux différentes facettes de leur art (renversement, courbure manche, planif, harmoniques, hauteur de pontets, taillage de sillet en os, latéralité, sertissage et ajustage des frettes (entre autres), vernissage et fondurage etc.

Alors résumons-nous, voilà un gars « kinenveu », au fait des techniques de peinture et de vernissage, auquel rien du travail de l’acier n’est étranger, maîtrisant l’aspect électrique/électronique, guitariste lui-même, qu’un accident finalement providentiel (pour nous en tout cas) oblige à une énième reconversion et qui boucle la boucle en apprenant ce qui lui manque auprès de luthiers confirmés. Si c’est pas de la prédestination ça...

Le résultat ? Vous pouvez le voir et l’entendre en parcourant les pages Guitares de ce site.

 
up